Avec le RolloN, la Normandie s’engage cash pour une monnaie innovante et durable

En juin 2018, le RolloN faisait ses premières armes à Saint-Lô. La monnaie numérique normande, une première à l’échelle régionale, a aujourd’hui gagné ses galons dans de nombreuses villes de la région et continue sur une lancée prometteuse. Innovante, moderne et résolument ancrée dans une démarche économique durable, le RolloN abat ses cartes pour Normandie 360°.

Lynda Lahalle, conseillère régionale déléguée à l’ESS (l’économie sociale et solidaire), vice-présidente de la commission 3, Développement économique, enseignement et numérique, et Fabien Achard, président de l’AMNC, l’association de la Monnaie Normande Citoyenne, nous aident à comprendre l’intérêt pour les entrepreneurs, commerçants, artisans ou consommateurs normands de se lancer dans l’aventure RolloN.

Une initiative régionale… résolument tournée vers « Demain »

« Il faut déjà dire qu’Hervé Morin a été très emballé par le film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent, explique d’emblée Lynda Lahalle. Même si, rappelons-le, la volonté de lancer une monnaie numérique régionale était déjà inscrite au projet de mandature. Il s’agissait ici de valoriser la culture et l’identité normande, les produits et les savoir-faire, en s’inspirant de régions avec une identité régionale forte, comme la Bretagne ou le Pays Basque. » Un projet qui prend tout son sens dans une Normandie réunifiée.

Le 2 juin 2018, la création du RolloN est annoncé lors de la première conférence régionale de l’ESS et la monnaie inaugurée officiellement sur les terres laudoises le 1erjuillet.

Elle est aujourd’hui la 2emonnaie numérique locale de France et, chaque mois, elle s’implante dans de nouvelles villes. Sa dimension régionale (les autres monnaies numériques en circulation se restreignent à des territoire plus limités) et l’engagement effectif de la région Normandie sont par ailleurs au nombre de ses atouts.


Le RolloN en chiffres

Le RolloN comptait, au moment de la rédaction de ces lignes : 281 commerçants et 2 620 utilisateurs particuliers. 100 000 RolloN étaient en circulation fin 2018. En 4 mois, la monnaie normande a atteint les mêmes résultats qu  l’Eusko, la monnaie basque, leader des monnaies locales en Europe, en 15 ans !


Résolument ancrées dans les principes de l’économie sociale et solidaire (ESS), les monnaies locales citoyennes complémentaires ne datent pas d’hier. Elles connaissent un boom en France en 2009, après la crise de 2008. Leur usage est réglementé par la loi de 2014 sur l’ESS. En Normandie, la filière ESS rassemble, pour information, 110 000 emplois et compte 11 000 établissements.

Le RolloN répond à tous les enjeux de l’ESS en :

  • favorisant les circuits courts et de proximité ;
  • soutenant les commerçants et services locaux et, de ce fait, les centres-bourgs, eux-mêmes vecteurs d’attractivité ;
  • promouvant la culture normande au-delà de la Normandie.

Enfin, en encourageant à consommer local et à se fournir localement, le RolloN recrée de la solidarité sur le territoire et préserve des emplois. « Elle marque l’attachement de ses utilisateurs à un modèle économique plus humain, plus proche, plus vertueux » explique Fabien Achard, président de l’AMNC, l’association de la Monnaie Normande Citoyenne, en charge de la gestion du projet.

Une monnaie innovante et attractive

Si le RolloN est en soi « innovant », c’est aussi la méthodologie portée par l’équipe en charge de la mettre en place qui l’a été.

Un comité de pilotage a été instauré, associant d’abord des acteurs de l’ESS, pour s’étoffer ensuite avec des acteurs de l’économie classique. Des collèges de gouvernance rassemblant les collectivités, des entrepreneurs, des citoyens, des représentants des autres monnaies normandes citoyennes, etc., se sont attaqués à la stratégie de développement de la monnaie, tant sur le plan entrepreneurial que commercial et économique.

Pour Fabien Achard : « Nous avons identifié les besoins pour y apporter les réponses appropriées. Tous les réseaux de l’ESS normande ont été mis à contribution. Ainsi, la monnaie était déjà implantée avant même son lancement. »

En résumé, une véritable dynamique territoriale, extrêmement structurée, a donc été construite pour gérer la monnaie, s’appuyant sur les outils de développement économique à disposition.

Avec cette monnaie, la Normandie se positionne ainsi comme une terre d’innovation,

Un soutien régional aux entrepreneurs locaux

On comprendra donc que le RolloN « parle » à des entrepreneurs engagés, soucieux d’un développement responsable. En adhérant au RolloN, ces derniers adhèrent à une charte de bonne conduite environnementale et de bonnes pratiques : marges raisonnables, empreinte carbone contrôlée, etc.

Mais, au-delà, la monnaie numérique est un outil de développement économique apportant :

  • du pouvoir d’achat au consommateur ;
  • de la visibilité aux commerçants, ainsi qu’une offre de services pour les aider à grandir.

En créant également une « communauté RolloN », la monnaie normande crée du lien et rappelle au commerçant que le client est roi et qu’un conseil sur-mesure est la clef du succès. Elle questionne les consommateurs sur leurs pratiques d’achat – pourquoi aller sur Internet quand on a tout ce qu’il faut en Normandie ? –tout en mettant à profit les outils numériques tels que le téléphone et Internet, que le consommateur utilise, mais dans le cadre d’une démarche plus responsable.

Un outil simple et pratique pour se familiariser avec le numérique

Le fonctionnement du RolloN est fort simple pour ses utilisateurs. Il suffit de :

  • se rendre sur le site normandie-rollon.fr ;
  • s’inscrire gratuitement ;
  • télécharger l’application sur son téléphone mobile et vaille que vaille !

Le taux de change est constant : 1 RolloN = 1€.

Quant à savoir qui sont les consommateurs utilisateurs du RolloN, ils sont plutôt jeunes, au fait du numérique, en confiance, et embrassent le RolloN pour son aspect pratique. Cette monnaie reste un moyen de paiement dématérialisé avant tout !

La monnaie a également été pensée pour accompagner les entreprises dans leur transition numérique. Elle peut, en cela, « soutenir les petits commerçants qui n’ont pas pris le train des outils numériques de paiement et de gestion qui sont, par exemple, utilisés dans les grandes surfaces, » continue Fabien Achard. Ils bénéficient donc d’un accompagnement personnalisé, en adéquation avec leurs besoins, ciblé localement, qui, au bout de quelques heures de formation vise à les aider à augmenter leur CA en optimisant l’usage des outils, services ou réseaux sociaux. Les entrepreneurs peuvent également bénéficier, via la plateforme web de la monnaie, d’une plus grande visibilité, d’un relai pour leurs offres, d’un service de géolocalisation et d’une page Facebook. Bref, toute une stratégie digitale, mise en place pour les aider à grandir.

Une monnaie qui compte bien battre toute la campagne normande  

Au nombre des objectifs à court et long terme ?

Continuer à intégrer de nouveaux commerçants et à les accompagner (via leur budget formation notamment), leur donner les outils pour qu’ils soient eux-mêmes prescripteurs et forces engagées dans le développement économique normand, faire rentrer toute une palette d’acteurs et d’entrepreneur.e.s, arriver à s’autofinancer…

Pour Lynda Lahalle : « Nous espérons dépasser l’Eusko et devenir la première monnaie locale numérique européenne avant la fin de l’année. Nous allons nous adapter, nous ajuster ; chaque territoire est un challenge pour lequel nous trouverons des solutions innovantes pour porter, toujours plus loin, cette monnaie… innovante ! »

www.pdf24.org    Send article as PDF